Le Port de Pompei
Moregine

Plan reconstructif du port de pompei

La question du port de Pompéi a une histoire particulière: depuis les fouilles de 1700, on pense que le port étant situé en dehors de la Porte Marine, le nom même le témoigne, en faisant imaginer la mer à la sortie même de la ville. Dans les décennies suivantes, plusieurs hypothèses ont émergés qui ont changé l'image de cette dernière idée. Le port a été donc déplacé de la Porte Marine, pour se situer dans la région sud de Moregine, avec la fleuve Sarnum qui se situait à droite et à gauche, pour desservir les différents ports hypothétiques. Il ya une difficulté objective dans la reconstruction de l'emplacement exact du bassin portuaire: les mêmes investigations géologiques ont montré qu'il est difficile de penser à une rivière pour reconstituer l'histoire d'un port, parce que le cours naturel a été modifié à plusieurs reprises en raison des éruptions de lave successives, qui ont empêché même des recherches stratosphériques

Plan du sarnum et Cote a Pompei

Nous sommes en possession d'un certain nombre de sources littéraires qui certifient non seulement l'existence d'un port à Pompéi, mais qui  insistent  sur la nature même du bassin lagunaire au sud des portes de la ville. Le port de Pompéi, certainement pas aussi prestigieux que celui de Puteolis, est très important dans la démarche de découverte de Pompéi;  l'existence, l'emplacement et la structure du port pourrait aider à mieux comprendre la dynamique du système économique d'une ville si riche que Pompéi; un port est certainement une source de commerce, mais aussi d'échanges culturels et développement pour une ville dans son système urbain. En commencent par quelque considérations générale, suggérée par la position des portes et par le système  de la cité, l'axe le plus important de la ville a été celui qui allait de la Porte d'Herculanum jusqu'à la Porte de Stabies, qui se dirigeait  vers le sud, vers la zone dit de "Moregine".

dsdgs<dgsdnws

Les Horrea, étaient un lieu ou dépôt de stockage du Port romain. Bien que souvent confondu avec granges à blé, les Horrea romaines ont également été utilisés pour stocker les divers produits commerciaux: les céréales, de l'huile, des aliments différents, mais aussi des vestimentaires et des produits pour la construction.  Si l'on regarde le Plan archéologique de la cité de Pompéi, il ya un fort écart entre la région juste au nord de Moregine derrière et à côté de la ville de Pompéi, qui laisse perplexe sur une éventuelle d'installation de stockage. Par ailleurs, dans la proche localité Bottaro, en 1880, a été retrouvée une inscription faisant référence à Neptune, et dans la même zone dans les périodes successives, ont été mis en lumière un marbre votif et un fragment d'inscription, ce qui pourrait confirmer l'existence d'un lieu sacré dédié à la divinité.

qdhqdfhqdfh

Un temple dédié à Neptune, le dieu lié aux activités maritimes, loin du port de Moregine, serait tout à fait incompréhensible: il faut alors supposer que l'un des bassins de la lagune pourrait également s'étendre au nord de la zone Moregine, ayant comme limite au nord de la ville, et à proximité de l'ouest, le temple de Neptune, sans doute là ou l'eau de la lagune rencontrait  celle  de la mer. Si nous nous déplaçons prés de la cité, il faut nécessairement commencer à partir de Porte Marine, considéré pour longtemps le port de Pompéi. Les raisons de cette interprétation sont fondamentalement liés à la présence d'un long mur à l'est de la porte, dans laquelle sont insérées une série de blocs d'ancrage, on en peut compter au moins 18; le mur continue vers le nord, puis il disparaît  dans la  zone pas encore fouillée.

dsdgs<dgsdnws

Récemment, des fouilles ont été effectuées dans cette zone, et ont mis au jour un quai, avec un canal, derrière le mur lui-même. En aval des fouilles des quais, n'ont pas trouvés signe d'eau de mer du bassin, mais plutôt de la terre naturelle  sans signe de sel. Les conclusions ont été les suivantes: 1°) le mur avec les blocs d'ancrage n'a rien à voir avec une structure portuaire, 2) le port doit être recherché ailleurs et ensuite en définir les fonctions. Compte tenu du fait que les niveaux de quai sont encore plus élevés que le niveau possible de la mer, en créant ainsi un problème de relation entre le niveau de l'eau et les bateaux au quais; cela dit, faut tout même reconnaître  que ces pierres d' ancrage sont typiques  dans des structures portuaires de l'époque. 

dsdgs<dgsdnws

Une solution possible à ce problème a été suggérée par la représentation de Navalia (port militaire) dans certaines peintures que l'on peut dater du période tarde-républicaine, et présent dans la maison au n° 10 de l'Insula Occidentalis. Cette fresque peinte, n'est pas très commune et on en trouve pas beaucoup à Pompéi;  jusqu'au 27 avant JC, quand  a été créé le port militaire de Misène, les villes de la côte tyrrhénienne de l'Italie, ont dû assurer l'approvisionnement des navires de guerre et devaient  donc être équipé de Navalia, ports militaires. Dans le cas spécifique de Pompéi, la présence éventuelle d'un port militaire pourrait être confirmée par la mention de "Socii Navales Saunitaii» impliqué à Rome en 259 avant JC dans un début de révolte: les Saunitai concernés ne pouvaient  pas être autres que ceux de la Ligue de Nuceriae, aux quels appartenait Sorrente, Stabies, Pompéi et d'Herculanum.

Plan Pompei et sa Cote

Les Navalia étaient des structurées différentes des ports commerciaux, avec de grandes rampes, parfois couverts, pour le transport de navires. Ils entaient amenés à sec, parce que particulièrement délicates et encore utilisé uniquement pendant de courtes périodes au cours de l'année. Le seul exemple connu est celui de Oeniadai, un système à  gradins ou marches  à forme de Cavea théâtrale, l'on peut voir un très bel exemple dans la période hellénistique de ce type de structures; les Navalia de Rome, sont connues par des dessins et des peintures de demeures pompéiennes. Prés de la Porte Marine également lors de fouilles dans les années 50 dans la région près du quai, furent retrouvés un ensemble d'immersions régulières, celles-ci ont déjà été analysés dans précédents périodes, et interprétés par la cuite  comme des rampes de lancement des navires.  Ils pourraient être alors des tracés de halage de navires militaires donc, puisque ces rainures sont d'une  largeur de presque 2 mètres. 

dsdgs<dgsdnws

Dans ce lieu l'on  devrait donc reconnaître le Navalia républicain de Pompéi, probablement réalisé  entre la fin de la 2° et début du 1er siècle avant JC, sans doute dans le cadre de la fondation de la colonie de Sylla. Les blocs de pierre perçais  auraient étés utilisées, grâce à un système de tiges et de poulies pour hisser les navires: doit-on alors imaginer, en face de la jetée, une rampe, une hypothèse qui justifierait la conclusion de couches anciennes de terre, organisé en couloirs de plus de 40 m de longueur, pour le transport des navires. Reste bien sûr la question de savoir comment la zone sera transformée en la période impériale, où évidemment les Navalia ne sont plus en fonctionnement. Si la zone de Porte Marine était alors destinée à l'origine pour abriter le port militaire, le bassin commercial lui doit être cherché ailleurs, dans la région surplombant le temple de Vénus sans doute.

dsdgs<dgsdnws

Cette derniere région est affectée par un certain nombre de complexes d' Horrea, ceux qui font partie de la même terrasse du temple, probablement de l'époque impériale, mais ils ont certainement une phase républicaine, et d'autres réparties sur au moins trois ou quatre niveaux à l'est du temple , d'autres encor donnant sur la terrasse du temple lui-même. Malheureusement pour toutes ces installations il n'y a ni études ni plans détaillés. Il est impossible à ce stade précoce du projet de proposer une "reconstruction planimétrique" de l'ensemble du complexe et donner des dates précises. En commençant  du Temple de Vénus, le complexe d'origine a toujours été daté principalement sur la base d'une ressemblance historique des différents éléments, attribuant sa construction au moment de la fondation de "Coloniae Corneliae Veneriae Pompeianorum" de Sylla.

dsdgs<dgsdnws

Le temple de Vénus a toujours eu une place spéciale dans le schéma urbain  pompéien, en effet il tourne le dos au centre politique de la cité, en s'isolant en quelque sorte, pour  se retourner vers le sud; l'on pense que en ce lieu existait déjà une aire de culte, sans doute dédié à Mefitis, que l'on peut identifier avec la "Vénus Physique" de Pompéi. Son lien avec l'activité portuaire est justifié par la présence d'un certain nombre de Horrea tout près dans le terrassement. La présence des Horrea dans ce lieu, n'est pas un hasard ou alors une pure coïncidence puisque il se peut que ce soit la seule région autour de la ville en dehors de ses murs où le stockage était possible, mais cette concentration ne serait pas trouver une explication logique, quand l'on considère que là, il n'y a pas de portes dans l'immédiate  proximité et surtout manquent des routes qui desservent le complexe.

dsdgs<dgsdnws

La Villa Impériale elle-même, toujours considérée comme une simple résidence et datée à la période d'Auguste, pourrait également être considérée comment une connexion directe entre la zone portuaire et le temple lui-même. Il  y a à considérer également que la route retrouvée en proximité, pouvait être comme un lien de communication, de façon de mettre en relation l'Aire Portuaire éventuelle avec la Porte Marine, dans la période antérieure à la restructuration de cette zone, à la fin de l'époque républicaine.

La Baie de Pompei avec le Sarnum


En définitif, nous pourrions risquer une hypothèse qui va au-delà des idées reçues, que Pompéi avait peut être deux ports, le  premier du type Militaires, le Navalia donc  près de la Porte Marine, et, un second Port de type Commerciale, au sud, juste avant la Porte di Stabies. Cette hypothèse est sujet important qui mérite d'être confirmé et développé; chapitres  enrichissant cette hypothèse, seront ajoutés................