Ch.34: Boscoreale

Carte Fouilles Bosco

Les Fouilles de Nemus Regalis


Boscoreale est une ville au nord de Pompéi, sur les pentes du Vésuve, par certains identifiés avec le Pagus Suburbanus Auguste Félix. Pour sa fécondité a été habitée depuis la préhistoire et réoccupé après l'éruption de 79 après J.-C. (Thermes de la Rue Casoni, II-III siècle apres JC). À l'époque romaine, il y avait ici plein de villas et des fermes consacrées à la vigne, l'olivier et des céréales. Sur le territoire de Boscoreale, (30 km de Naples, cachée derrière le Vésuve..)en banlieue nord de Pompéi, ont été exécutés à la fin du XIXe et du début du XXe siècle, de nombreuses fouilles archéologiques: elles ont été effectuées par des propriétaires privés,

bsdfbdfb

elles étaient principalement destinées à la découverte et la récupération des décorations mur et le sol et objets de valeur, qui sont généralement fusionnés dans les collections de différents musées (le Musée National de Naples, le Louvre, le Metropolitan Muséum de New York), ou dans des collections privées.
Plusieurs villae Rusticae (une trentaine) ont été retrouvées , témoignage de l’époque romaine par excellence, elles sont  cruciaux pour le réseau dense de sites de production qui opèrent dans le premier siècle. d. C ; les pentes du Vésuve et de la plaine à proximité de la rivière Sarno, nous restituent encore une fois des richesses, témoignage de notre histoire à tous. 

dfbsdfbsdfb

Ces colonies étaient de simples agriculteurs des petites et moyennes entreprise familiale ou confiés à des esclaves, mais aussi plus complexes, les zones résidentielles avec décorations riches pour la présence occasionnelle d’artistes de grande habilité, en tout cas des zones destinées à la fabrication et de l'esclavage du travail. Grâce  à des conditions de conservation optimale des installations et du mobilier, certains matériaux de la sépulture de l'éruption volcanique en 79 après J.-C., ces fouilles nous livrent des données qui ont permis l'excavation de reconstituer les différentes étapes et styles artistiques et aussi de revivre les habitudes de l’époque. La Villa Regina, la Villa Pisanella et la Villa de Publius Fennius Synistor, enrichissent avec leurs simple présence, les notions artistiques de l’époque romaine  et la présence imposante de la région de Naples en cette période


Plan de la Villa Regina à Boscoreale

LA VILLA RUSTIQUE REGINA


Adjacent au musée, à environ 8 m au-dessous du niveau actuel de la route, est le seul exemple dans l'aire d'une villa rustica, un établissement agricole typique du monde romain. Il a été entièrement fouillé et est ouvert au public. Le dessin du terrain est encor celui du 79 après J.-C.: en in situ les moulages de troncs d'arbres et les racines de vigne sont toujours visibles; les vignes autour de la villa ont été replantés exactement où ils étaient dans le passé, tandis que les plafonds et les toits de la ferme ont été reconstruits gardant à l'esprit, si possible, la hauteur d'origine.

dfbsdbsdfb

Il s'agit d'une petite ferme, remontante à l’époque de Silla, située dans un fundus , c’est à dire un terrain de cultivateur, zone qui n’a pas cessé de documenter les curiosités des historiens sur la période du 4° siècle avant JC. Le bâtiment actuellement visible est daté du 1°siècle avant JC, avec une avec une extension plus tardive,  dans les périodes augustéenne et julio-claudienne, quand certaines chambres furent rénovées et peintes aussi avec des peintures et décorations du 3° style ; au moment de l'éruption, la ferme devait être utilisé que pendent les périodes de travail dans les champs, avec de nombreuses pièces en attente d'être restaurés après les dommages subis par le séisme du 62. Entourée de Vignes constitués de rangées soutenues par des piquets (vitis compluviate), cette ferme constitué une petite entreprise agricole spécialisée dans la production du vin. 

sdfbdfbdfb

Ici on a conservé les restes d’ un pressoir pour le pressurage des raisins, et l’ on peut voir la grande pièce vinaire composée de gros « Dolium », des amphores en argile, enterrés presque complètement ou l’on gardait le bon ‘Vinum Vesvinum’, que les romains buvaient même mélangé avec du miel. Cette ferme avait son centre dans un tri portique entourant un espace ouvert où on a retrouver dans le terrain dix-huit amphores en argile de grands dimensions couverts de couvercles en bois ; cela donnais une capacité totale d'environ dix mille litres ( 20 cullei). Présence des trace de raisins après les justes analyses qui ont été faites. Dès l'entrée, flanquée d’un entrepôt (X) et d'une cibicula (XII) (chambre) on accède au portique du Nord, sur le quel s’ouvrent les ambiants de service et de production. Le plus grand est un torcularìum (IX-IX), divisé en deux parties, dans lequel était placé le pressoir. Près du mur de séparation, la présence d’un sacellum de dimensions réduites avec une petite autel avec un laraire en forme de petit temple, orné d'une représentation de Bacchus

dsbdfbsd

Au-delà du torcularìum, un autre petit laraire et donc l'accès à la cuisine (II), équipés d'une zone de travail et des latrines. Le logement le plus important  est un triclinium (IV) s’ouvrant  sur le coté oriental du portique et décorées avec un sol en grès et peintures III° style  séparés par des panneaux de couleur rouge, jaune et noir. Une autre pièce utilisée par les propriétaires du complexe, fut obtenue en époque impériale  en ajoutant une mezzanine dans le grenier (VIII), ayant  fonctions de grange; elle était en communication directe avec la haie (XVII). Ici présence importante de ossements de animaux. Le long des murs de l'excavation, la stratigraphie du sol montre clairement la séquence des dépôts de matériaux pyroclastiques déterminée par l'éruption de 79 après J.-C. qui a causé la destruction de la petite ferme.


dfbsdfbdfb

LA VILLA  PISANELLA


La Villa dit De la Pisanella, creusé entre 1895 et 1899, est désormais inhumés. La structure se compose d'un «Pars urbaine» réservé à la propriétaire, (vivants chambres décorées en 3° style et d'un bain de quartier) et un «pars rustica», avec des dortoirs pour les fonctionnaires, une boulangerie, une grange, une presse pour la vin ( torcular ) et une presse à huile ( trapetum ). La capacité des récipients trouvés dans la cave à vin peut en déduire que la villa avait la gestion d'environ 24 acres. Le propriétaire, selon certains érudits,  était Lucius Caecilius Iucundus  fameux banquier de Pompéi.

Plan de Villa Pisanella à Boscoreale

En 1895, on a trouvé un trésor d'argenterie, disparu pour l’actuel site et allé au profit  du Musée du Louvre à Paris, et la collection Rothschild. Le trésor se composait de pièces d'or pour un total de 1037 pièces (l'équivalent de 102.800 sesterces) et un service en argent, composé de 108 pièces de l'époque augustinienne. Les pièces les plus importantes sont formés par deux tasses avec le «triomphe de Tibère» et «Auguste sur le trône», avec des amours, des animaux et des squelettes de philosophes, deux lanceurs avec des victoires sacrificateur, une patère avec le buste de l'Afrique, et tasses avec deux bustes en relief. Ce trésor a également inclus quelques pierre précieuse.  Proviennent de la villa aussi de nombreux comptes de la «domesticum instrumentum» ou d'ameublement. 


Plan de Villa de Publius fannius Synistor à Boscoreale

LA VILLA DE PUBLIUS FANNIUS SYNISTOR


La Villa de Publius Fannius Synistor a été creusé en 1900 dans un terrain agricole de Boscoreale. On fait remonter le nom du propriétaire à une inscription sur un pot en argile, sans doute livré à la maison. Les dernière découverte dans l’ aire de ces fouilles on porté à la découverte d’ un sceau sur le quel, au nom déjà cité, s’ajoutais le nom de Lucius Herius Florus, sans doute le responsable et l’ administrateur de la  maison.
La villa a été décorée de fresques merveilleuses dans le 2°style pompéien, semblables à ceux de la Villa des Mystères.

dbsdfbsdfb

Les murs ont été dispersées dans les plus beaux musées, Naples, New York, Bruxelles, Paris, Amsterdam.
Sur le côté nord de la cour était préparé une série de chambres décorées: un cubiculum avec vue sur la ville et des paysages architecturaux, un oecus, en face de l'entrée, ornée d'un megalography peints sur le fond d'une colonnade. Ici, au milieu du mur du fond était peint Venus avec Love, Dionysos et Ariane sur la gauche, à droite, les Trois Grâces sur les flancs à un fond rouge ; il y avait aussi des représentations  de philosophes grecs  de la période hellénistique. Dans l’ensemble la villa se présente avec élégance et décoré avec noblesse. Beaucoup de travaux restent encor pour porter a termes les fouilles de cette demeure.


Autres fouilles en etude....

Villa Rustica Vitiello ,  Villa Rustica D'Acunzo ,  Villa Rustica Zurlo ,  Villa Rustica Marcus Livius Marcellus

Pompei: Porte du Vesuve.......

A Pompéi même, hors de la Porte du Vésuve, à une distance de 250 mètres, furent initiés des travaux de fouilles, par Décret Royal le 18 Octobre 1899, sur deux terrains privés très proches au sol des fouilles de Pompéi. Ces  excavations portèrent à la lumière  des restes de ce qui fut considérée comme  une grande villa et puis par la suite considéré  comme un atelier de fonderie de bronze. Nombreuses  chambres et salles décorées qui donnaient plus l'impression d'être des ateliers avec  une demeure privée très proche. Ces espaces furent attribués à un certain Titus Siminius Stephanus. Une fois  les objets retrouvés  et exportés au Musée National de Naples, la zone de fouilles fut réitérée  et reste encor aujourd'hui enterré sous 5 mètre de terre. Un projet de reprise des travaux est analysé et  reconsidéré dans cette partie suburbaine Nord de la cité de Pompéi. Nous  allons essayer de retrouver le maximum d'informations possibles. A SUIVRE....  

Boscoreale : Villa Rustique DePrisco localité Crapolla........

 Des Ruines d'une Villa Rustique furent trouvées en localité Crapolla en 1921, excavée par Vincenzo De Prisco le propriétaire, sur son terrain pas loin de Pompéi. Elle se trouvait à un peu plus d'un kilomètre, en ligne droite, des murs Est de Pompéi. Compte tenu de l'extrême rareté des découvertes et de l'intérêts qu'elles représentaient, l'on décida que les explorations soient rapidement abandonnées, de sorte que le bâtiment tel qu'il était, soit préservé, les lieux  furent alors recouvert et protégé le périmètre. Des fouilles de cette demeure, fut effectué un relief bien détaillé, avec description des lieux et des retrouvailles en objets ici  trouvés; une partie considérable du côté est et une petite partie du côté nord ont été explorées.
Se retrouvant  dans le Pagus pompéien, remplis de  demeure  de travail, probablement cette  villa avait sa propre entrée sur le côté est, sur le même axe que l'entrée secondaire de l'ouest, selon le schéma rencontré à plusieurs reprises montrant des fermes de campagne similaires, consistant en une seule grande cour centrale, avec une nombre de pièces de chaque côté de la cour. Ici, les débris volcaniques et l'humus ne dépassaient pas la hauteur de 4,30 m, et facilitaient le travail des explorations anciennes et modernes, dont les dégâts se manifestaient clairement en plus d'un point: il était cependant certain que les pièces ramenées à la lumière étaient les partie la plus humble de la villa, par l'absence, ou presque, de toute décoration murale digne de ce nom. Restait toutefois a découvrir la partie pas encore  mise en lumière. Nous nous engageons a publier les resultats des fouilles anciens.  A SUIVRE ...

Boscoreale : Villa Rustique Cirillo....

En avril 1897, tout en fouillant son terrain prés de Boscoreale, pour des travaux, Antonio Cirillo,  tombe sur des ruines antiques d'une demeure, mais sans trouver aucun objet, sauf un morceau de tuile avec un timbre bien connu. Fouillée seulement partiellement en 1897-1898, elle était équipée d'un environnement pour le pressoir. Elle a restitué une intéressante peinture murale d'un Lararium avec une scène de sacrifice et la présence d'un serpent, actuellement conservée au Field Muséum de Chicago. Compte tenu de l'importance des découvertes archéologiques trouvées, le propriétaire fut autorisé, par arrêté ministériel, à poursuivre les travaux de fouille qui furent menés jusqu'à la fin de 1897 et au début de l'année suivante. Bientôt, fut établi que ces découvertes étaient trop importantes pour permettre une fouille sommaire, il fut donc conclu de recouvrir la zone, pas avant d'avoir effectué des enquêtes sur les pièces trouvées, et une liste détaillée des peintures et des objets. Le chantier fut fermé le 5 février 1898. Il s'agissait là d'une autre des nombreuses villas romaines, qui peuplaient les pentes du Vésuve, ou la partie de celle-ci qui était destinée à un usage rustique, facilement reconnaissable par la présence d'un Four, et d'un Torcularium , ici est l'absence totale de toute décoration. Comme dans d'autres villas, nous avons ici un espace intérieur, autour duquel sont disposées les différentes pièces.  Nous nous engageons a retrouver les reliefs effectués et de les publier.   A SUIVRE...

Boscoreale : villa Rustique Prisco.....

En février 1903, dans le terrain de propriété Filangieri, des restes d'une habitation rustique ont été découverts, faisant sans aucun doute partie des nombreuses fermes présentes dans le Pagus pompéien. Il s'agissait ici, d'une ferme modeste avec un petit monument funéraire à proximité, sans doute destiné à un membre de la famille décédé. Elle était équipé d'un torcularium pour le vin, et avait également un petit espace thermale avec un sol en mosaïque, quelques chambre et un triclinium. Toute la structure était construite en opus incertum avec des restaurations évidentes après les dommages causés sans aucun doute par le tremblement de terre de 62 après JC. Cette structure était un lieu de travail,  mais aussi avec la partie de logement rattachée. Son côté ouest a une tendance curviligne et cela sans aucun doute pour correspondre avec la voie publique sur laquelle il surplombait, cette route devait être le prolongement de la Rue de Stabie sur le versant de la Porte Vésuve sur la quelle elle donnait;  ici elle devait avoir deux entrées sur la route. La même année, en septembre, par arrêté ministériel, fut  décidée de recouvrir  la zone d'excavation et d'en permettre la poursuite en futur. Un gros travail de recherche et catalogage fut réalisé pour le compte du propriétaire, nous nous engageons à retrouver les écrits et à les publier.  A SUIVRE...

Boscoreale : Villa Rustique Brancaccio....

Au même endroit de la banlieue autour de Pompéi, d'autres découvertes archéologiques ont eu lieu ces décennies passés, pas toujours entièrement éditées et malheureusement pas précisément localisables à l'heure actuelle, car elles sont eté ré-enterrées et les anciennes cartes parfois impossibles à trouver. Elle devait probablement être assez éloignées des murs pompéiens, autre découverte archéologique , la Villa Rustique explorée en 1903 par Carlo Rossi Filangieri dans le domaine Antonio Prisco, situé dans la banlieue nord de Pompéi, à la sortie de la Porte Vésuve. Limitant notre enquête à cette zone bien restreinte, nous pouvons citer cette villa rustique qui portait comme toutes, le nom du terrain, Brancaccio: elle a été explorée en 1904 par Carlo Rossi Filangieri dans un fonds de Raffaele Brancaccio. D'après ce que rapporte l'écrivain historique Della Corte, il est clair que cette ferme rustique et sans ornements a été trouvée au nord-ouest des anciens murs. D'après le plan publié, cependant, on peut affirmer que tout le périmètre de cette villa rustique a été mis en évidence et qu'il s'agit d'un bâtiment différent et distinct par rapport à ceux étudiés ailleurs. Selon les données disponibles, on peut dire sans certitude aucune, que cette résidence était située à la sortie de la porte du Vésuve, assez éloignée des murs, donc sur la route qui partait de la sortie nord de Pompéi menant à la ville de Boscoreale; cela confirme la référence topographique donnée par Matteo Della Corte dans le rapport de cette fouille, située "à l'ouest de la route Via Pompei-Boscoreale" prolongement extra urbain de la Rue de Stabie. Dans les premières descriptions, son plan a été dessiné, et  nous le rapportons ici; il a été décrit comme "Ferme modeste avec un atelier qui contenait un moulin à olives (trapetum)". La structure de sa maçonnerie, était en opus incertum, et renforcée en plusieurs endroits, après le tremblement de terre de l'an 62, avec opus latericium, ce qui montre clairement qu'elle aurait été habitée que par des travailleurs desservant les fermes environnantes. Après avoir effectué tous les reliefs, elle fut ré-enterré après l'excavation. Nous nous engageons à retrouver des détails et informations plus riches pour être ici publiées.  A SUIVRE...

.